" Nous adorons les ateliers de Bébé-signe Bizzy Bee car nous aimons chanter et signer ainsi que faire de la musique et danser avec d'autres enfants et leurs parents. Les ateliers de signe sont à la fois instructifs et amusants,..."

Lire la suite du témoignage

Ecrire un témoignage

Devenir professeur

Nous suivre

Facebook YouTube e-mail

Leave your e-mail address to receive updates

Les avantages du Bébé-signe

Exposer un enfant à la langue des signes apporte bien plus que l'avantage évident d'd'être capable de communiquer avant l'acquisition de la parole. Cela permet également de :

  • diminuer les frustrations pour vous et votre enfant, vu que l'enfant est capable de communiquer ses envies et ses besoins d'une manière que vous comprenez; et
  • vous donner une meilleure idée de ce qui se passe dans la tête de votre enfant, ce qui permet de renforcer le lien dès le plus jeune âge.

Mais ce n'est pas tout. Exposer votre enfant à la langue des signes dès le plus jeune âge peut avoir un impact positif sur plusieurs aspects de son développement :

Sur le plan intellectuel, cela entraîne généralement :

Une acquisition plus rapide du vocabulaire et une meilleure mémorisation

Les enfants signeurs ont généralement un vocabulaire plus vaste plus tôt que les enfants qui n'utilisent que le langage parlé. Mieux, ils conservent cette avance. La langue des signes fournit également un outil supplémentaire pour aider les enfants à mémoriser les mots et leur signification. En savoir plus

Le tableau ci-dessous résume des recherches effectuées par le Dr Marilyn Daniels, professeur en arts et sciences de la communication à l'Université d'Etat de Pennsylvanie et compare l'acquisition du vocabulaire entre des enfants signeurs et des enfants n'utilisant que le langage parlé :

  Age moyen
  Enfants signeurs Enfants n'utilisant que le langage parlé
Premier signe/mot reconnaissable 8.5 mois 12 mois
Vocabulaire atteignant 10 signes/mots 13 mois 15 mois
Combinaison signes/mots 17 mois 21 mois

De plus, ce type d'avance est généralement conservé.

Une des études de Daniels a analysé deux groupes d'enfants dans leur année de prégardiennat ; un groupe était exposé à la langue des signes, l'autre pas. Elle a découvert que les enfants avec lesquels on utilisait la langue des signes développaient leur vocabulaire plus rapidement que les autres. Aucun des deux groupes n'était exposé à la langue des signes dans leur première année de maternelle, cependant une étude de suivi a montré que les enfants du premier groupe avaient conservé leur avance en vocabulaire (Daniels, 1996).

Daniels explique ce résultat par le fait que la langue des signes améliore le développement du cerveau, donnant ainsi une avance aux enfants exposés à la langue des signes. Dans son livre Dancing with Words : Signing for Hearing Children's Literacy (Bergin & Garvey, 2001), elle affirme que les "yeux des bébés se développent très tôt et que le cerveau droit est utilisé quand l'information est recueillie par les yeux. Toutes les langues sont stockées dans le cerveau gauche, donc quand des bébés sont exposés aux signes et à la parole, ils sollicitent à la fois le cerveau droit et le cerveau gauche.' Elle fait remarquer ensuite à quel point '… c'est un avantage merveilleux car vous utilisez les deux hémisphères du cerveau, construisant plus de synapses (jonction de deux cellules nerveuses) dans le cerveau.'

Une meilleure mémorisation peut être attribuée au fait que chaque langue qu'une personne apprend est stockée dans une "case mémoire" spécifique dans l'hémisphère gauche du cerveau. Même à un âge très précoce, la langue des signes aura une « case mémoire » séparée de la langue parlée, donnant à l'enfant deux "bases de données" où il peut rechercher l'information. Cela permet par exemple à un enfant de se rappeler un signe qui soutient le mot parlé, ou de fournir un indice pour la signification du mot parlé, ou encore de trouver la lettre alphabétique manuelle qui lui rappellera comment prononcer un mot.

Daniels a également fait remarquer que le mouvement physique pour signer semble également enclencher une réaction dans l'hémisphère gauche du cerveau et aide à se souvenir des mots.

D'autres études, comme celles des Drs Linda Acredolo et Susan Goodwyn de l'Université de Davis en Californie ont montré que les bébés auxquels on signe comprenaient plus de mots et avaient un vocabulaire plus large que les bébés non-signeurs (Moore et al, 2001).

Un meilleur apprentissage de la lecture et de l'écriture

La langue des signes développe des capacités qui formeront un socle solide pour apprendre à lire et écrire. En savoir plus

Signer l'alphabet permet aux enfants d'épeler les mots avec leurs doigts (également appelé dactylologie). La dactylologie aide les enfants à reconnaître la forme et le son des lettres. Etre capable de reconnaître la forme et le son des lettres et comprendre la signification des mots formés par les lettres sont la base de la lecture.

De plus, les mouvements de la main nécessaires pour la langue des signes permettent aux jeunes enfants d’ entraîner tous leurs doigts, en les plaçant dans des positions précises, tout en entraînant le mouvement du poignet. Tout ceci peut avoir un impact positif sur les aptitudes d'écriture quand l'enfant est plus âgé, car des capacités motrices fines sont importantes pour tenir un crayon et former des lettres. (Résumé établi à partir des recherches du Dr Marilyn Daniels, professeur en arts et sciences de la communication à l'Université d'Etat de Pennsylvanie - www.marilyndaniels.com)

Un plus grand intérêt pour l'apprentissage

L'intérêt d'un enfant pour l'apprentissage peut être amélioré par l'utilisation d'une langue des signes. Comme les enfants aiment apprendre et utiliser la langue des signes, un professeur utilisant la langue des signes en classe attirera automatiquement plus d'attention, car les enfants sont obligés de suivre ce qui se passe pour comprendre. (Conclusions découlant des recherches réalisées par le Dr Marilyn Daniels, professeur en arts et sciences de la communication à l'Université d'Etat de Pennsylvanie - www.marilyndaniels.com)

De meilleurs résultats aux tests de QI

Les Drs Linda Acredolo et Susan Goodwyn ont assuré un suivi de leurs recherches initiales dans l'acquisition du vocabulaire en comparent les QI des enfants exposés à la langue des signes à ceux des enfants qui ne l'étaient pas. Dans les tests QI effectués sur les deux groupes à l'âge de huit ans, le premier groupe a obtenu un QI moyen de 144, les autres (non exposés à la langue des signes) ont obtenu une moyenne de 102 (Acredolo and Goodwyn, 2000).

Des jeux plus élaborés

L'importance du jeu dans le développement d'un enfant est incontestée, car il combine plusieurs facteurs comme les aptitudes physiques, les aptitudes sociales, la prise de décision, l'imagination et la créativité, etc. Le Dr Maria Montessori (1988) voit le jeu comme une partie intégrante du développement de l'enfant préscolaire. En savoir plus

Dans ses recherches, Le Dr Marilyn Daniels a découvert que l'utilisation de la langue des signes avec des enfants entendants améliorait leur facilité de jeu en augmentant leur compréhension et leur utilisation des symboles (Daniels, 1996). Dans leurs recherches, les Drs Linda Acredolo et Susan Goodwyn ont également montré que des bébés signeurs s'impliquaient dans des jeux plus complexes que les bébés non signeurs (Moore et al, 2001).

Avantages liés à l'exposition à une deuxième langue

A tout âge, l'apprentissage d'une deuxième langue est une expérience enrichissante, mais une exposition précoce donne aux enfants l'éventail le plus large possible d'avantages et de bénéfices. En savoir plus

Dans un article publié dans le magazine Children in Scotland magazine, Antonella Sorace, professeur de linguistique expérimentale à l'Université d'Edimbourg, a expliqué certains avantages de l'apprentissage d'une deuxième langue à un âge précoce. Elle dit que les enfants bilingues semblent :

  • être plus capables de porter leur attention de manière sélective, de bloquer les informations non pertinentes et de passer d'une solution à l'autre en cas de problème;
  • mener plus facilement plusieurs tâches en même temps;
  • avoir une relation au langage plus étroite et une meilleure aptitude à y penser et à en parler;
  • développer des aptitudes de lecture plus tôt que les enfants monolingues ; et
  • avoir une meilleure 'conscience de l'autre', c'est-à-dire une meilleure compréhension du fait que d'autres personnes peuvent avoir des croyances, désirs et intentions différentes des leurs.

Sur le plan psychologique et émotionnel, cela :

Améliore la capacité à exprimer ses sentiments dès le plus jeune âge

La plupart des signes exprimant des émotions sont visuelles (ex. tristesse, colère, peur, timidité, courage), ce qui aide les enfants à les comprendre et les exprimer. En savoir plus

Etre capable d'exprimer ses sentiments est essentiel pour le développement émotionnel d'un enfant. L'expérience avec des enfants signeurs montre que dans des moments de détresse, un enfant choisit plus souvent le signe que le mot parlé pour exprimer ce qui se passe, même s'il sait déjà parler. Cela s'explique peut-être par le fait que le signe semble 'venir du cœur’ et est expressif, et dans des situations sensibles, il peut sembler plus privé, car il peut être fait discrètement et sans que les personnes non concernées le « captent ».. (Résumé établi à partir des recherches réalisées par le Dr Marilyn Daniels, professeur en art et sciences de la communication de l'Université d'Etat de Pennsylvanie - www.marilyndaniels.com)

Améliore la confiance en soi

Les enfants aiment généralement apprendre la langue des signes. En effet, cela leur donne une aptitude que tout le monde n'a pas, ils ont le sentiment qu'ils peuvent faire quelque chose de spécial. Les enfants aiment également partager leurs connaissances et enseigner à leurs frères et sœurs, parents et amis. Etre capable d'enseigner les signes à quelqu'un d'autre augmente leur confiance en eux-mêmes. (Résumé établi à partir des recherches réalisées par le Dr Marilyn Daniels, professeur en arts et sciences de la communication à l'Université d'Etat de Pennsylvanie - www.marilyndaniels.com)

Fait de la communication une expérience multisensorielle

Utiliser la langue des signes en plus du langage parlé fait de la communication une expérience multisensorielle, car elle implique la vue, l'audition et le toucher. Le Dr Maria Montessori, fondatrice de la méthode d'éducation Montessori, plaidait pour que les enfants apprennent via leurs cinq sens afin d'avoir la compréhension la plus complète possible du monde qui les entoure.

Peut aider les enfants issus de familles bilingues

La langue des signes peut effectivement former un pont entre les langues utilisées dans la famille.